L’avis de Léa sur Chavirer de Lola Lafon

Avis :

Chavirer est un roman qui aborde un sujet sensible ; l’histoire est touchante ; nous y découvrons un personnage, Cléo, de ses 13 à ses 48 ans et son évolution en tant que danseuse et en tant que femme. J’ai adoré ce roman qui nous dévoile le côté sombre de la danse avec originalité.

Citations :

« L’amour, est-ce que ça ressemblait à ce débordement, ce grand n’importe quoi de vertiges et de sourires, ce désir de bloquer le présent sur pause ? »

« Cette souffrance en veille ressurgissait à tout propos, celle d’une ancienne gamine à qui des adultes avaient enseigné la solitude des trahisons. »

« Maintenant, tout semblait indiquer que Cléo aurait treize ans pour l’éternité, elle se cognait à chacun des angles morts de cette éternité. »

L’avis de Jade sur L’anomalie d’Hervé Le Tellier

Mon avis : 4,5/5

Dès les premières pages j’ai su que ce livre allait me plaire, nous avons ici une introspection des personnages, de leur caractère et de leur vie. J’aime beaucoup la manière d’écrire de Hervé Le Tellier. Sa façon de narrer est un plus à ce roman. Chaque chapitre décrit un personnage et un moment de sa vie. On rentre dans l’intimité des personnages afin de les connaître mieux.

J’aime le fait qu’il y ait du suspens à chaque fin du chapitre et aussi l’attente de connaître le lien entre tous les personnages.

Citations :

« Poursuivre seul la construction de l’édifice aurait signifié accepter la mort, autant le démanteler »

« La vérité, avec l’amour, c’est que le cœur sait tout de suite et il le crie. »

« Je n’ai jamais su en quoi le monde serait différent si je n’avais pas existé, ni vers quels rivages je l’aurais déplacé si j’avais existé plus intensément, et je ne vois pas en quoi ma disparition altérera son mouvement »

« Je deviens le point où la vie et la mort s’unissent au point de se confondre »

« Je ne mets pas fin à mon existence, je donne vie à de l’immortalité »

« Comment peut-il être aussi intelligent et aussi fragile à la fois ? Mais l’amour, c’est ne pas pouvoir empêcher le cœur de piétiner l’intelligence »

« L’espoir nous fait patienter sur le palier du bonheur »

L’avis de Jade sur Mes fous de Jean-Pierre Martin

Mon avis : 4/5.

J’ai beaucoup aimé ce livre. Jean-Pierre Martin arrive à transformer quelque chose de négatif et triste en quelque chose qui nous permet de nous questionner. La folie est ici observée par le narrateur et remet en cause son existence. Il est entouré de personnes ayant des problèmes mentaux et nous explique en quoi ces pathologies jouent sur sa vie et son humeur. Il traite un sujet difficile et sensible mais le lecteur peut facilement s’identifier dans ce livre. En bref, ce livre est très attrayant et on a toujours envie de lire plus. La façon d’écrire de Jean-Pierre Martin me fait beaucoup penser à celle d’un auteur que j’apprécie beaucoup : Albert Camus.

Citations :

« Arrêter, ce mot m’a plus. Ma vie jusqu’à présent a passé comme un tourbillon »

« Est-ce que je ne pourrai jamais plus lui parler, jamais plus espérer lui arracher un secret ? Il est en train de mourir au monde »

« Si l’on sourit à l’extérieur, disait-elle, ça va mieux à l’intérieur »

« Quand mon visage regardait vers le bas, quand mes mains le soutenaient pour qu’il ne tombe pas, quand mes yeux se tournaient vers l’intérieur, je songeais à l’homme de Van Gogh, je songeais à ma mère, je me redressais et tâchais de sourire »

« Normal, la mort. On vit, on meurt, on passe des concours, on fait carrière, on fait du ski, on fait des enfants. On est de passage »

« Dans son monde tout autre, dans son absence au monde où rien ne se fait de commun, le corps errant est un entre-soi à lui tout seul »

« Par une sorte d’homéopathie, suivant avec passion, dans le lit du fleuve de la ville, tel un orpailleur, le filon de la folie qui affleure »

« La folie c’est une occupation de l’espace »