Enfermés dans nos livres, abattons les frontières

L’auteur de Héritage, rencontrant Maël et Léandre pour le JdGdL, terminait son interview sur sa chance. Sur la chance qu’il avait d’être dans une librairie de Rennes, à parler de son roman avec ses « amis » du JdGdL. Et cette chance, poursuivait-il, celle d’être écrivain aujourd’hui, il la doit à ceux qui ont ouvert leurs frontières. Il doit sa bonne éducation à l’accueil, il y a un demi siècle, de son père réfugié du Chili. Et, comme pour son père autrefois, de jeunes garçons et de jeunes filles à qui on ouvre les frontières seront les prochains astrophysiciens, les prochains médecins, les prochains écrivains demain. Et peut-être viendront-ils raconter leur histoire, comme lui, a-t-il conclu.

Le seul virus à partager

Que dira-t-on de nous, dans 50 ans ? Quel héritage aurons-nous laissé derrière nous ?

En 2070, quand on demandera à l’Historiographe du royaume de raconter cette année 2020, présentera-t-il celle-ci comme l’anomalie du siècle ?

Qu’en retiendra-t-il donc ?

Nos esprits dans les livres

Seth à Saint-Malo Le journal s’enrichit de vos idées, de vos créations et aussi de vos réflexions. Alors continuez, ne soyez pas timides et envoyez vos travaux au jdgdl2020 chez ac-rennes.fr. Tous, nous attendons de vous rencontrer ! Tout d’abord, les classes jury de ce Goncourt des lycéens sont (...)

À VOS MASQUES, PRÊTS ? PARTEZ !!!

Envoyez-nous vos contributions à jdgdl2020 chez ac-rennes.fr

Comment vous montrer nos sourires, cachés derrière les masques ?

Comment vous dire que nous sommes heureux de participer au Goncourt des Lycéens 2020 et de faire connaissance avec vous tous à travers le Journal ?