Balla :

« C’est une excellente chose de pouvoir rencontrer les auteurs des romans afin d’approfondir nos connaissances. Notre point de vue peut évoluer avec l’explication de l’auteur. On voit le lien qu’ils ont avec le livre, ce qui permet une fois de plus de mettre en valeur l’implicite, ou ce qui n’était pas prévu comme tel au départ.

C’est comme découvrir les coulisses.

Les rencontres nous ont aussi permis de dériver sur d’autres sujets sensibles comme la question des Femmes, de découvrir une culture, un pays, un style d’écriture et la manière de procéder pour écrire un roman.

On se rend compte aussi que, grâce au Prix Goncourt, des auteurs ont pu toucher des publics plus larges, plus étendus dans le monde.

J’ai été particulièrement touché par le roman de Djaili Amadou Amal et l’on voit qu’elle s’inspire bien sûr de personnes réelles mais une très grande majorité des femmes qui vivent dans sa région se retrouvent et s’identifient à son récit. Son roman est aussi un moyen d’agir et de préserver les jeunes filles d’un mariage précoce. J’ai beaucoup apprécié lorsqu’elle a dit que l’impatience était une forme de force, de puissance, la force de briser les mœurs et les tabous de la société dans laquelle elle vit. Un roman comme une arme en quelque sorte. J’ai aimé sa foi en l’Homme et en l’Humanité malgré toutes les épreuves traversées et le fait qu’elle nourrisse l’espoir d’une suite auprès de ses lecteurs ! »

Collin :

« J’ai trouvé que les rencontres ont été très intéressantes dans le sens où on a vu chaque auteur donner son point de vue par rapport à son roman et le fait de voir différentes réactions face à toutes les questions posées !

On a aussi pu comprendre leurs motivations, ce qui les a poussés à écrire.

De plus, on a pu découvrir plusieurs méthodes d’écriture grâce à ces interviews.

Il est aussi intéressant de voir le recul que prennent les lecteurs et les auteurs sur le roman et de confronter les deux.

Enfin certaines parties de leurs romans qui me paraissaient ambiguës ont pu être éclairées grâce aux questions qui ont été posées et aux très bonnes réponses apportées. »

Ibrahim :

« J’ai été très frustré et déçu car les questions que j’avais autour des romans n’ont pas forcément eu de réponse !

Trop de mystère plane encore pour moi autour du roman d’Irène Frain… »

Yacine :

« J’ai trouvé les rencontres intéressantes car j’ai pu connaître le ressenti de chacun des auteurs et leur point de vue sur l’histoire racontée.

Cependant la rencontre en visio était frustrante et on ne pouvait pas poser toutes les questions que l’on voulait »

Mamadou :

« Ces rencontres m’ont beaucoup intéressé. Elles nous ont permis de mieux comprendre les auteurs.

La rencontre avec Djaili Amadou Amal m’a beaucoup plu, j’ai pu confirmer par son interview son identification au personnage de Ramla.

Je trouve très dommage de ne pas avoir pu rencontrer les écrivains en vrai. »

Fabien :

« J’ai trouvé que les rencontres avec les auteurs étaient enrichissantes, cela a permis de parler avec eux et d’en apprendre davantage sur les livres.

Ces rencontres nous ont permis de mieux comprendre l’histoire, leur propre vision, le contexte dans lequel ils ont écrit et pourquoi.

Mais j’ai aussi trouvé frustrant que nous ne soyons pas tous dans un espace commun et nous n’avons pas pu poser toutes nos questions à cause du confinement.

Sinon les rencontres ont été bénéfiques et ont aussi permis de mieux connaître le caractère des auteurs, leur passé et ce qu’ils ont voulu nous transmettre. »

Chahine :

« J’ai trouvé intéressant que les auteurs répondent à la plupart de nos questions, que l’on découvre les différents points de vue des auteurs sur les livres et leurs réponses détaillées aux questions des divers lycées.

Cela fait plaisir de voir que les auteurs s’intéressent aussi à leurs lecteurs et à leurs questions.

Enfin j’ai particulièrement apprécié que Hervé le Tellier réponde à ma question et m’ouvre différentes perspectives sur certains sujets du livre. »