La suite des questions posées par Maël :

3) Vous sentez-vous plus proche de la littérature sud-américaine ou de la littérature française ? Ou bien juste entre les deux ?

4) Comment vous-y prenez vous pour introduire cette part de merveilleux dans un contexte plutôt réaliste ?