Mathieu est élève de Terminale au lycée Notre-Dame des Minimes à Lyon (69, Rhône). Il propose une critique du roman de Louis-Philippe Dalembert, Milwaukee blues :

Louis-Philippe Dalembert transpose dans son roman Millwaukee Blues, publié le 26 août 2021, l’histoire de George Floyd de Minneapolis à Milwaukee, à travers une œuvre superbement accueillie par le public, tant et si bien qu’il est sélectionné pour le prix Goncourt des lycéens .

Chacun des chapitres donne la parole à un proche d’Emmett, victime d’une « bavure policière ». Un roman puissamment évocateur sur une réalité qui malheureusement n’évolue que trop peu : le racisme aux États-Unis. Le récit est inspiré de deux évènements tragiques : les décès de George Floyd, étouffé par un policier en 2020, et celui d’Emmett Till, tué par des suprémacistes blancs du Sud dans les années 1950.

Ce roman d’une rare sensibilité a pour force de raconter l’existence d’Emmett au travers des personnages importants de sa vie. Cette particularité est aussi au départ un frein pour la compréhension et pour rentrer dans l’histoire. Mais au bout de quelques pages, tout se met en place et il est difficile de quitter la lecture de ce livre. C’est l’écriture qui fait tout le charme du roman. Cette façon de faire participer chaque acteur des évènements, confronté aux regrets et à la peine de chacun. Chacun s’exprime avec spontanéité, comme dans une conversation, ou de façon plus mesurée et réfléchie.

Je recommande ce livre à l’écriture fluide, pour qui cherche une histoire intense et prenante. Ce roman dresse le portrait d’un pays où la haine raciale prédomine et où les relations humaines sont toujours une question de couleur.