Dossier proposé par Mme Catherine BAZELA, professeur de lettres modernes, certifiée, classe Goncourt 2015 de seconde littérature et société, lycée Félix-Mayer de Creutzwald.

 

Paroles de profs

 

« Si j’avais la chance de participer une deuxième fois au Goncourt des lycéens, je pense que je m’organiserais différemment afin de parvenir à lire la sélection plus rapidement dans son intégralité. Je me suis focalisée sur les livres qui avaient peu de succès auprès de la classe afin de tenter de les intéresser et d’aborder l’étude du genre romanesque, ce qui était nécessaire, mais ce qui m’a aussi empêchée de comprendre dès le début ce qui leur a plu dans d’autres romans. Cela m’a néanmoins permis d’être neutre sans trop de difficultés pendant toute l’opération et d’écouter réellement ce qu’avaient à dire mes élèves sur tel ou tel livre. »

Catherine BAZELA, professeur de lettres

 

« Si c’était à refaire, je le referai sans trop d’hésitations. Un courant est passé autour de ce projet, on a cassé des barrières dans les discussions autour des lectures, dans des initiatives heureuses comme ce samedi matin-lecture (voir doc ci-dessous) organisé au lycée… »

Samedi Lecture

« Certes, rien de magique, les élèves en difficulté et faibles lecteurs ne sont pas devenus des “mangeurs” de livres, mais ils ont fait des essais, ont parfois manipulé plusieurs livres, sans toujours dépasser la trentaine de pages. Reste qu’ils se sont tous écoutés autour des livres de la sélection et qu’ils ont aujourd’hui sans doute un autre regard sur la littérature. »

Éric ROGER, professeur d’histoire-géographie

 

Paroles d’élèves (niveau seconde)

 

« Un écrivain est un héros, il donne aux gens de la joie, de la tristesse, il nous rend plus ouvert envers les autres. Il y a un intérêt à partager ses lectures. »

Quentin

 

« Lire signifie pour moi se réfugier dans un monde qui n’est pas le nôtre et s’échapper ; écrire c’est créer cet univers, et créer un univers ce n’est pas rien. Cet univers va devenir celui des lecteurs, il y a une forme d’art là-dedans […]. Il y a un intérêt à échanger au sujet de ses lectures, mais aussi à garder pour soi l’univers dans lequel on s’échappe. »

Élise

 

« Dans la classe, certaines choses ont changé aussi : une meilleure entente et des souvenirs communs. J’ai aussi l’impression que ma peur de parler en public s’est atténuée. […] Écrire, c’est un don ; ce n’est pas seulement un métier, mais aussi une passion. Être écrivain, c’est transmettre des émotions, faire voyager dans un autre monde par le biais de l’écriture. Lire, c’est se réfugier dans un autre monde pendant un certain temps. »

Mélanie

 

« Ce qui a changé, c’est que j’ai à nouveau envie de lire ! Depuis mon arrivée en seconde, j’avais perdu l’envie de lire, à cause du travail à la maison, des longues journées au lycée et disons que la paresse s’était un peu installée ! À part quelques mangas, je ne lisais plus. »

Laurène

 

« Cette expérience m’a fait “grandir”, la lecture occupe plus de place maintenant dans mon quotidien, pour la culture qu’elle apporte et aussi pour mon plaisir personnel. »

Ornella

 

« Au début de l’année, je pensais que j’étais une des rares personnes de mon âge qui aimait, voire adorait, lire, mais grâce au Goncourt des lycéens je me suis très vite aperçue que je n’étais pas seule. Ce qui m’a étonnée, c’est d’avoir vu autant de garçons captivés par les écrivains, surtout à Rennes. […] Pour moi, être écrivain est un grand honneur : je les considère comme de merveilleux connecteurs entre réalité et fiction. Ce sont des personnes qui arrivent à lire en nous “comme dans des livres”, nous toucher au plus profond de l’âme avec des mots, ce qui peut dans certains cas être une arme redoutable ! »

Léa

 

« Tout d’abord, je pense que ma vision sur les auteurs a complètement changé et sur vous aussi, professeurs, on vous a vus dans un contexte beaucoup plus agréable que le lycée ! Cette expérience m’a fait découvrir la lecture, les sensations que l’on peut ressentir. Je pense qu’une aventure comme celle-ci a permis à chacun de se rapprocher des autres. La classe semble plus solide qu’auparavant. […] Le Goncourt des lycéens, c’est une aventure hors du commun. »

Zoé

 

« Grâce au Goncourt des lycéens, les élèves de la classe se sont rapprochés et nous avons créé des liens en lisant, ou pas, les mêmes livres. »

Anaïs

 

« Pour moi, rien n’a changé ; je ne lis pas beaucoup plus, mais par contre je m’entends bien avec les élèves de ma classe et, du coup, je me sens bien au lycée. Pour moi, maintenant, “écrire” signifie “liberté” : on écrit ce qu’on veut, on peut inventer des histoires, on écrit pour le plaisir et pas forcément pour le travail scolaire. »

Nathan

Documents à télécharger