Contribution de Florence Caraës, Hélène Hébert, professeurs documentalistes, et Ingrid Lesueur, professeur de français-littérature, au lycée Sévigné de Cesson-Sévigné (35).

 

Présenter l’action à la classe

 

Les élèves que l’on a choisis pour être classe Goncourt se voient imposer cette action.

Il faut donc réfléchir au moyen de susciter leur adhésion, indispensable, et les documentalistes peuvent y aider en faisant naître la fierté d’être élu pour une expérience exceptionnelle, d’être en charge d’une responsabilité vis-à-vis de tous les acteurs (auteurs, organisateurs, professeurs, lycée dans son ensemble, parents…) ; fierté aussi de se dépasser face au défi que représente la lecture d’autant de livres.

Pour cela, il sera utile de rendre solennel le lancement de l’action :

  • organiser un temps dans l’espace lecture du CDI en présence des professeurs documentalistes et des collègues de la classe intéressés ;
  • ménager la surprise : ne pas en parler auparavant ;
  • demander au chef d’établissement de faire l’annonce.

Remarque : plus largement, penser à la communication avec la communauté du lycée, les collègues de la classe, les parents, dès la rentrée.

 

Organiser des activités avant de recevoir les livres

 

Les romans fournis par la Fnac sont livrés autour du 20 septembre. Il ne faut pas attendre leur arrivée pour lancer les activités des élèves.

Le CDI peut être alors le lieu de différentes initiatives, sur une heure de français dédiée ou sur une heure d’accompagnement personnalisé :

  • exposition sur l’histoire du prix Goncourt, du Prix Goncourt des lycéens. Les élèves peuvent étudier chacun un panneau et le présenter aux autres puis compléter l’exposition par la présentation sur un panneau des romans ayant reçu le GDL les années précédentes. L’exposition dans l’espace lecture permet de s’approprier le lieu ;
  • recherche sur les auteurs de la sélection par groupes de deux ou trois : recherche documentaire, vidéos, communication puis présentation au groupe classe ;
  • travaux pour créer l’horizon d’attente : donner les titres de la sélection et faire imaginer une histoire, faire (par le professeur ou le documentaliste) ou faire faire (par des élèves) une lecture oralisée des incipit dans l’espace lecture, faire imaginer la suite, faire exprimer les premières impressions ou critiques.

Le CDI du lycée Sévigné s’est doté des quinze romans dès que la sélection a été connue. Le professeur et les documentalistes ont pu prendre de l’avance dans la lecture. Ils ont ainsi pu lire les quinze romans très tôt et en parler avec les élèves – en toute neutralité, bien sûr –, ce qui a stimulé efficacement ces derniers. L’aventure apparaît ainsi comme une aventure partagée, entre adultes experts et lycéens novices, étant bien entendu que ce sont les lycéens novices qui sont, en dernier ressort, les seuls chargés de sélectionner les romans.

 

Organiser le moment de la rencontre avec les romans

 

Il est là aussi intéressant de rendre solennel le moment de la découverte des romans, lorsque les cartons arrivent au lycée. L’espace lecture est évidemment le lieu privilégié de cette découverte.

 

« Les six caisses de livres étaient à disposition des élèves au CDI. Avec chaque caisse, se trouvait un tableau Excel où ma collègue ou moi-même notions les livres rendus, les livres pris. Nous pouvions donc à tout moment savoir quels livres avaient été lus par chaque élève, combien chaque élève avait lu de livres, combien de fois un livre avait été emprunté, où en était chaque groupe d’élèves et donc qui était en tête du défi… »

Témoignage de Mme Braems, professeur documentaliste, et Mme Santamaria, professeur agrégé de lettres modernes, au lycée des Flandres d’Hazebrouck (59).