Contribution de Florence Caraës, Hélène Hébert, professeurs documentalistes, et Ingrid Lesueur, professeur de français-littérature, au lycée Sévigné de Cesson-Sévigné (35).

 

Une logistique, une organisation

 

Gérer l’emprunt des romans

Pour assurer la fluidité des emprunts de romans pour la lecture, nous conseillons les cahiers d’emprunt. Nous avons reçu quatre jeux complets de romans et nous en avons ajouté un cinquième, acheté par le CDI. Nous avons ainsi constitué cinq caisses et cinq groupes d’élèves dans la classe, chaque groupe étant responsable d’une caisse. Un cahier a été attribué à chaque caisse, avec une double page par titre. Les élèves ont géré les emprunts tout seuls, en s’inscrivant dans ce cahier. Les caisses étaient à leur libre disposition au bureau des documentalistes.

Connaître le rythme de lecture de chacun

Un panneau peut être installé dans l’espace lecture, avec un tableau à double entrée « Élève / Titre ». Quand un élève rend un roman, il coche la case correspondante. Nous avons utilisé, par ailleurs, des gommettes vertes et rouges pour indiquer sommairement le jugement à l’issue de la lecture. Tout le monde pouvait en temps réel savoir qui avait lu quoi, qui avait aimé quoi.

Connaître les humeurs de chacun

Un tableau « Expression libre » a également été disposé dans l’espace lecture, à destination de tous les élèves et membres de la communauté du lycée : commentaires lapidaires, dessins humoristiques, slogans…

 

Des temps forts

 

  • De manière hebdomadaire : une heure de français, une heure – voire deux, à négocier – d’accompagnement personnalisé, du temps de midi… Ces temps institutionnalisés se déroulent au CDI et ménagent, à parts égales, activités de lecture libre et moments d’échanges entre les élèves.
  • Une ouverture sur la communauté : les cafés littéraires, ouverts à tous. Le CDI peut alors accueillir élèves, membres du personnel, parents, voire invités extérieurs (journalistes locaux, personnalités, libraires, professionnels des médiathèques voisines…). Au lycée de Cesson, des membres de l’association Bruit de lire ont, par exemple, été invités lors d’un café littéraire.
  • Fin septembre : un week-end de lecture, temps convivial qui soude le groupe et lance une lecture intensive.

 

Communication

 

Pendant les deux mois, les élèves vont être sollicités par le journal du lycée, la presse locale ou régionale, mais aussi par différents médias, pour des interviews mais éventuellement aussi pour réaliser des documents audio ou vidéo.

Les documentalistes peuvent alors centraliser les articles à destination du journal du lycée, à partir d’un espace créé sur l’ENT. Ils fournissent alors l’aide logistique nécessaire : enregistrement sur tablettes et envoi aux services concernés, par exemple.

Ils ont également accompagné les élèves lors des rencontres régionales et nationales et les ont épaulés, notamment dans la rencontre avec les auteurs (préparation des questions, prise de photos…) et ont réalisé une exposition dans les couloirs du lycée à la fin de l’action.

Certains élèves de la première L de Cesson ont ainsi été sollicités par le magazine en ligne 20 minutes pour réaliser de petites vidéos dans lesquelles ils faisaient régulièrement part de l’avancée de leur lecture, de leurs états d’âme, des difficultés rencontrées, etc. Les documentalistes les ont accompagnés dans cette réalisation.

 

L’espace lecture au lycée Sévigné

Ainsi, le CDI a d’emblée été considéré comme le lieu tout à la fois intime et public de l’opération. L’espace lecture s’est révélé comme le quartier général de la classe, comme un espace privilégié qui a stimulé la lecture et la production de documents divers. C’est un lieu d’apprentissage, comme la classe, mais dans une perspective d’autonomie, d’engagement personnel, de plaisir – ce que l’on souhaite bien sûr obtenir dans le cadre de l’enseignement dans la classe, sans que ce soit toujours possible d’y parvenir autant qu’on le souhaiterait.

Les collègues documentalistes ont été des partenaires indispensables de l’action et ont largement contribué à son succès : les élèves, unanimement, ont pu s’épanouir grâce aux conditions que ce partenariat a pu leur offrir et grâce aux compétences spécifiques que ces collègues ont pu mettre à leur service.

 

Un CDI hors les murs

 

« Afin de permettre aux élèves d’échanger les livres et de poursuivre les lectures pendant les vacances de la Toussaint, la documentaliste s’est déplacée deux mardis après-midi pour rencontrer les élèves et leurs parents sur trois places de villes ou villages. »

Témoignage de Mme Braems, professeur documentaliste, et Mme Santamaria, professeur agrégée de lettres modernes, au lycée des Flandres d’Hazebrouck (59).