Après sa lecture de l’Enfant Céleste de Maud Simonnot, Jessica du lycée Schweizer revient sur ses horizons d’attente. Cela donne bien entendu matière à débat…

L’ENFANT CELESTE de Maud Simonnot parle d’une mère et de son fils Célian. Ils parlent chacun de leur point de vue mais c’est la mère qui monopolise la narration.

Le fils a des problèmes de concentration à l’école, il est distrait par un rien, d’où le titre L’Enfant céleste  : toujours distrait, rêveur, dans la lune, il est un surdoué qui ne s’épanouit pas à l’école. La mère et le fils partagent un vrai sentiment d’amour que j’ai trouvé touchant. Le fils se sent mal de la décevoir et la mère veut tout le bien de son petit garçon. Elle décide alors de partir sur une île suédoise pour que son fils aille mieux. L’ile a un rapport avec Tycho Brahe, un astronaute dont la mère partage l’histoire avec ses enfants. Je n’ai pas trouvé que l’histoire de cet homme apporte quelque chose à l’histoire, ces passages m’ont déplu. J’ai également trouvé que la mère occupe une place trop importante dans le livre, le personnage de Célian n’étant pas assez développé selon moi. Un point que j’ai adoré dans ce livre, c’est la description des paysages : lorsque les protagonistes arrivent sur l’île, j’ai beaucoup aimé l’évocation des lieux que j’ai pu m’imaginer dans tous leurs détails.

Pour conclure, ce livre m’a déçue car je m’attendais à un développement plus profond de l’enfant Célian dans la narration et dans l’intrigue.

Jessica, lycée Schweitzer, Le Raincy