Margaux, élève de Terminale au Lycée Notre-Dame des Minimes à Lyon (69), nous propose une critique du roman de Clara Dupont-Monod, S’adapter.

Une lecture légère mais forte en émotion

Clara Dupont-Monod est une femme de lettres et journaliste française, sa première œuvre est Eova Luciole (1998). Aujourd’hui, neuf livres de cette jeune femme sont publiés et S’adapter lui a permis de remporter le prix Femina du roman français ce 25 octobre et le Goncourt des lycéens ce 25 novembre. C’est l’écriture du roman S’adapter qui la mène à cette victoire.

Publiée en 2021 aux éditions Stock, cette histoire bouleversante raconte comment une famille de la campagne cévenole arrive tant bien que mal à s’organiser après la naissance d’un enfant handicapé. L’approche des liens familiaux est très touchante, d’autant plus que tous les points de vue des frères et sœur de cet enfant sont précisément racontés, de sorte à nous donner une vision globale de la situation familiale, c’est en cela que consiste l’originalité du texte.

En revanche les parents sont un peu trop mis à l’écart, ce qui occasionne une sorte de frustration pour le lecteur. Ce choix s’explique sans doute par la présence de l’aîné, qui occupe un rôle presque parental auprès de son jeune frère et c’est d’ailleurs pour cette raison que ce personnage m’a particulièrement plu : il se consacre corps et âme à sa tâche d’aîné, jusqu’à quasiment se perdre lui-même ! Il est appréciable que le récit soit séparé en trois parties clairement distinctes : chacune d’entre elles représente le point de vue d’un des frères et sœur de l’enfant. Le personnage que j’ai le moins aimé est sans aucun doute celui de la cadette : la cerner est difficile car les émotions qu’elle ressent pour son jeune frère handicapé semblent trop violentes.

Ainsi, l’œuvre S’adapter de Clara Dupont-Monod porte bien son nom car nous nous retrouvons au sein d’une famille bouleversée par l’arrivée d’un troisième enfant particulier. Ce livre est à lui seul une prise de conscience de la difficulté de s’adapter à une situation à laquelle on ne s’attendait pas. De plus, le délitement des liens familiaux que nous montre ce livre nous pousse à ressentir de l’empathie et cela m’a profondément bouleversée. Cependant, la perspective de reconstruction est présente et nous émeut, notamment avec la présence du dernier que l’on retrouve à la fin de l’histoire.

Je ne peux donc que vous conseiller d’aller jeter un œil à ce roman si vous souhaitez changer d’air, et découvrir une lecture reposante qui saura vous transporter !