Les lecteurs jurés de la seconde 3 au lycée Vincent d’Indy à Privas donnent leur avis sur le roman de Jean-Pierre Martin, Mes fous.

Léna

Mon résumé :

Sandor est un psychiatre [sic] tombé en dépression, suite à plusieurs événements de sa vie. Mais même en ne travaillant plus, il ne peut s’empêcher d’observer quotidiennement les « corps errants »(fous), de développer une empathie pour eux, de vouloir les aider, et il se retrouve constamment en contact avec. Cela le ramène sans cesse à sa fille Constance, schizophrène, qu’il cherche éperdument à aider. Il va donc tenter de se débarrasser de cette obsession, en essayant plusieurs méthodes.

Mon avis sur ce livre reste mitigé, j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans l’histoire, mais certains points restent intéressants, comme l’aspect psychologique, l’étude des personnes ayant un trouble, une maladie mentale.

Mes citations : « C’est un homme qui a préféré devenir fou dans le sens où socialement on l’entend, plutôt que forfaire à une idée supérieure de l’honneur humain ».

« Le corps sous la peau est une usine surchauffée ».

Naïs

mon résumé :

Sandor est le personnage principal du livre. Dès qu’il sort dans la rue tous les « corps errants » viennent l’aborder pour lui raconter leurs problèmes, en général ils sont schizophrènes, ça ne le dérange pas de les écouter. Sa fille Constance est atteinte d’une maladie psychique : elle est schizophrène. Un jour il décide de changer de vie suite aux conseils de Sylvain son psy, il déménage dans une ville où il y a peu de population pour essayer de s’en sortir.

Mon avis :

Mon avis reste mitigé. J’ai mis longtemps à rentrer dans l’histoire mais elle ne m’a pas ennuyée pour autant.

Je n’ai pas trop aimé, j’ai eu du mal à comprendre l’histoire car elle est racontée d’une manière un peu dure parce qu’il utilise des mots un peu compliqués.

Clément

Résumé :

Ce livre raconte l’histoire de Sandor le personnage principal qui possède une particularité spéciale. En effet aucune de ses sorties ne se fait sans des rencontres atypiques avec des personnes « folles » qui sont comme attirées par lui. Sandor installe comme une routine avec eux et les connaît très bien. Il est lui même un peu « dérangé » il est comme dépressif, et dans sa famille tous sont atteints de près ou de loin par la folie. Cela nous fait donc comme rentrer dans la tête du personnage, il nous fait part de ses questions et ses doutes.

Gaitan

Mon Résumé :

Sandor est une personne qui « attire les fous » et devient lui même parano en se posant énormément de questions sur lui-même. Au fil de l’histoire on en apprend mieux sur lui et son quotidien entouré de « ses fous » et nous suivons même sa « dépression ».

Mon Avis :

Je n’ai pas vraiment aimé Mes Fous de Jean Pierre Martin, car j’ai vaguement compris l’histoire mais sa façon d’écrire cela m’a totalement perdu. J’ai trouvé l’histoire très sombre. L’auteur nous met dans un contexte assez sombre et dépressif ce qui ne peut pas vraiment plaire à tout le monde, moi y compris. Une chose qui m’a aussi assez perdu était le nombre de noms de personnes citées.

Mes citations : « Il y a beaucoup d’êtres puissant et rien n’est plus puissant que l’homme » « Notre vie est a la fois précaire et infinie » « Chaque jour la pensée se renouvelle. Il est sage de ne pas s’abstenir sur l’impossible »

Gaëtan

Mon résumé :

Sandor Novick rencontre au cours de son histoire des personnes malades et il leur parle. Il ne sait pas si ce sont les malades qui l’attirent ou si c’est lui qui les attire. Il rencontre les malades par exemple au café, ils discutent ensemble. Ils se donnent souvent rendez-vous à ce même endroit car c’est sûrement plus simple aux malades de se retrouver et de ne pas se perdre. En tout cas, Sandor aime bien discuter avec les malades.

Mon avis :

J’ai bien aimé le livre, c’est le fait de parler aux malades, mais il est trop répétitif : par exemple, Sandor rencontre un malade (qu’il connaît ou non), ils échangent quelques mots (parfois, la conversation peut durer longtemps), et ils se donnent rendez-vous toujours au même endroit et ainsi de suite…

Mes citations : « Je ne sais pas si c’est moi qui attire les malades ou si ce sont eux qui m’attirent. »